YÔKO OGAWA

Ecrivaine japonaise, née le 30 mars 1962 à Okayama.

A l'âge de 57 ans, Yôko Ogawa figure aujourd'hui parmi les plus grandes écrivaines de son pays. Distinguée par denombreux prix littétaires, notamment le très fameux Akudatawa pour son roman "La grossesse" en 1991, elle s'est fait une place de choix dans l'univers du roman noir. 

Composé de mots simples, sont style est précis et analytique. La narratrice de ses récits aime fouiller le passé à travers de très minutieuses explorations qui se manifestent par la volonté d'un classement méthodique dans la recherche des souvenirs. Le tout aboutissant à faire jaillir des perversions peu communes. 

Cette auteure a retenu l'attention d'Alice (voir ci-contre) et je ne doute pas que le lectorat français lui réservera à un accueil identique à celui de ses compatriotes. 

Instantanés poétiques.....

Nous sommes au Japon. La mère, lors de la mort de leur petite sœur, explique à ses trois autres enfants que cela est dû au chien maléfique. Elle les enferme dans une maison avec jardin entouré de hauts murs pour les protéger du danger qui menace leur vie. Cette mère est inquiète jusqu'à la névrose. Ces enfants vont développer un imaginaire très poétique et chacun deviendra adulte d’une façon différente !

Ce roman est une ode à la poésie de l'enfance, à la beauté de ses imaginaires habités par la présence des animaux, celle des objets et des sons. Les enfants vont changer leur nom (d’où le titre) pour celui de pierres : ambre (d’où le titre) et oublié celui donné à leur naissance Ceci pour surmonter l'expérience toujours trop précoce de la perte, du chagrin.

J’ai trouvé ce roman absolument original
je le recommande

Alice Midal

"Instantanés d'Ambre" (Actes sud) de Yôko Ogawa. Note 18/20