RYAN-DAVID JAHN

Auteur américain, né en 1961 dans l'Arizona (USA).

Ryan-David Jahn a grandi dans l'Arizona (l'état de sa naissance) puis en Californie et dans le Texas.

Il a commencé par faire des petits boulots (vendeur dans un magasin de disques, concierge, etc) avant de s'negager dans l'armée. 

Il publie son premier roman, "Good neighbors", en 2009 et obtient un des prix distribués par la Crime writer's association. Depuis, on lui doit six autres romans à succès, ce qui explique qu'il soit traduit en douze langues. 

Aujourd'hui, Ryan-David Jahn est aussi scénariste. Il vit à Louisville (Kentucky) avec sa femme, Jessica, et ses deux filles, Francine et Matilda. 

   Voyage à l'intérieur de        l'Amérique des "fifties".

Avril 1952, Los Angeles. Un garçon de treize ans abat son beau-père d'une balle dans la tempe. Il essaie de faire passer son geste pour le crime d'un tueur en série en gravant sur le front du cadavre un symbole inspiré d'une de ses BD favorites, mais la supercherie ne trompe pas longtemps la police. Une amie de sa mère, comme elle, prostituée occasionnelle, fait chanter le procureur chargé de l'affaire pour qu'il innocente l'adolescent. Elle ignore qu'elle enclenche un engrenage infernal.

Eugene est, lui, l'auteur de ce Comic, écrivain raté qui survit à Los Angeles. Manning va imaginer de faire assassiner son comptable, protégé par la Police, et de faire porter le chapeau à Eugene. Personnage rêveur, Eugene va devoir pour être innocenté vivre et écrire l'histoire de sa vie, lui qui n'arrive pas à écrire la vie des autres, le chemin sera difficile, plein de rebondissements, d'aides et de trahisons De l'autre côté des États-Unis, Eugene Dahl, le créateur de la BD incriminée, reçoit une lettre de menace. Suivant les instructions, il se rend dans une chambre d'hôtel. Ce qu'il y découvre va irrémédiablement changer sa vie.

A travers un croquis politique de l'Amérique des années 50, Ryan David Jahn décrit un Los Angeles industrieux, sombre, désargenté, à mille lieues des paillettes d'Hollywood, une Amérique hypocritement puritaine dont l'élite va discrètement s'offrir des plaisirs sexuels tarifés en prônant la rigueur morale Au tout début des années 50, l'Amérique est engluée en plein maccarthysme, période de prohibition mentale hystérique succédant à une politique plus volontariste des démocrates qui avait pris corps pendant la guerre et qui visait à améliorer la condition des Américains par une série de grands travaux, d'amélioration de l'habitat et du système de sécurité sociale. C'est l'Amérique pauvre des pensions pour hommes seuls et des femmes dont les maris sont partis depuis bien longtemps, des bars où les hommes s'encanaillent pour oublier qu'ils doivent avoir deux jobs pour vivre.

Mon Avis : C'est à la fois un roman policier avec une intrigue ciselée, fournie en rebondissements liés à la nature profonde des êtres humains qui oscillent entre le bien et le mal, et, au-delà, une description du climat moral régnant dans l'Amérique des années 50. Ce livre reflète les contradictions et les excès de ce pays et de cette époque aussi bien qu'un livre d'histoire, la chasse aux Comics symbolisant l'hystérie politique qui avait cours, la course à la morale, pour mieux faire oublier la dureté des conditions de vie. Une vraie réussite. 

                       Alice Midal.

"Le dernier lendemain" (Actes sud), de Ryan-David Jahn.

                           Ma note : 16/20.