PHILIP KERR

Romancier britannique né à Edimbourg le 22 février 1956 et décédé à Londres le 23 mars 2018.

Philip Ballantyne Kerr est un auteur de romans policiers et de littérature d'enfance et de jeunesse anglais. Il fait ses études de droit et de philosophie à l'Université de Birmingham (1974-1980), puis travaille un temps comme rédacteur publicitaire pour l'agence Saatchi and Saatchi avant de devenir journaliste indépendant. À l'occasion, il publie des articles pour le Sunday Times, l'Evening Standard et le New Statesman.

Il remporte un succès mondial avec sa trilogie située dans le Berlin de la fin des années trente et de l'immédiat après-guerre: "L'Été de cristal" (March Violets, 1989), "La Pâle Figure" (The Pale Criminal, 1990), "Un requiem allemand" (A German Requiem, 1991), ayant pour héros Bernhard Gunther, un détective privé surnommé Bernie. Le succès de sa trilogie berlinoise, le pousse à se consacrer à l'écriture à temps plein. Son roman de procédure policière sur la mafia russe intitulé "Chambres froides" (Dead Meat, 1993), a été adapté en série télévisée par la BBC, sous le titre "Grushko", en 1994. Alors qu'il avait annoncé la fin de Gunther après la publication de la trilogie, il lui consacre de nouvelles aventures depuis 2006 avec "La mort, entre autres" (The One From the Other), qui obtient en mars 2009 le Prix du Polar Européen décerné dans le cadre du festival Quai du Polar à Lyon. En 2014, avec "Le Mercato d'hiver" (January Window), il entame un nouveau cycle ayant pour héros un entraîneur de football, Scott Manson. Sous la signature P. B. Kerr, il poursuit également la publication depuis 2004 d'une série pour la jeunesse, "Les Enfants de la lampe magique" (Children of the Lamp).

Marié à la romancière Jane Thynne (1961) et père de trois enfants, il meurt des suites d'un cancer le 23 mars 2018, à l'âge de 62 ans.

Une fresque historique superbement documentée

Été 1943. Joseph Goebbels, ministre chargé de la propagande, demande à Bernie Gunther de retrouver la splendide Dalia Dresner, étoile montante du cinéma allemand en fuite à Zurich. Le détective ne peut refuser. Très vite, cette mission, à priori aussi engageante que l'objet de la recherche, prend un tour bien sinistre. Le père de la belle est un Croate antisémite de la première heure, sadique notoire, qui dirige un camp de concentration, tristement célèbre, de la région. Au même moment, la police suisse exige que Gunther fasse la lumière sur une vieille affaire qui risque de compromettre des proches d’Hitler.

je suis une inconditionnelle de Philip Kerr. Encore une fois, il nous offre une fresque historique extrêmement bien documentée. Il mêle les petites à la grande Histoire en navigant toujours dans les eaux troubles de l'Allemagne nazie et de la collaboration de certains pays et même du grand mufti de Jérusalem. Devenu une marionnette aux mains de Goebbels, Bernie Gunther anti nazi découvrira la neutralité/complicité de la Suisse en tant que fournisseur d'équipement militaire et des baraquements destinés aux camps de concentration. Il se retrouve imbriqué dans une affaire dévoilant les horreurs commises en Yougoslavie qui feraient pâlir même les SS les plus coriaces. Une fois encore, il risque sa vie, mais toutefois il plonge tête la première. Nous le retrouvons portier dans un hôtel 10 ans plus tard à La Ciota.

                        Alice Midal.

"La dame de Zagreb" (Livre de poche), de Philip Kerr.

                         Ma note : 18/20.