MICHAEL RIDPATH

Auteur britannique, né dans le Devon en 1961.

Né dans le Devon (sud-ouest de l'Angleterre) en 1961, Michael Ridpath a grandi dans le Yorkshire (nord-est de l'Angleterre), poursuivant ses études à Oxford. Aujourd'hui, il vit dans le nord de Londres avec sa femme, Barbara, et ses trois enfants.

Avant d'écrire, Ridpath est entré dans la vie active à travers le monde de la banque et de la finance. Il fut trader pour la International bank de la City, pendant huit ans. Auparavant, il avait exercé les mêmes fonction à la Banque Internationale Saoudienne.

En qualité d'écrivain, il est l'auteur de quinze romans, à ce jour. Six (dont lestrois qui sont chroniqués ici) sont consacrés au monde de la finance mais six autres ont un cadre romanesque très différent... puisqu'il s'agit d'enquêtes criminelles menées en Islande, sous la houlette de Magnus Jonson,son personnage récurrent. 

Sombre plongée dans les eaux troubles de l'industrie pharmaceutique

J'ai découvert Michaël Ridpath, il y a peu et, depuis, je le suis aveuglément. C'est un ancien trader qui écrit des thrillers sur le milieu de la finance. "Final venture" sort de son cadre pour s'intéresser aux bio-technologies mais, dans tous les cas, en plus de l'intrigue qui nous tient en haleine, on découvre en profondeur un milieu socio-professionnel intéressant. 

J'avoue avoir préféré "The marketmaker" mais j'ai quand même pris beaucoup de plaisir à lire "Final venture". Ridpath est un jeune auteur mais son style s'inscrit dans la tradition du polar britannique. Le narrateur parle à la première personne, a une bonne dose d'humour tout en restant empathique et, quelque part, un peu fragile. Ce qui ne manque pas de séduire le lectorat féminin.

Ma note : 16/20

Nota bene : Je privilégie les lectures dans la langue originale. Je me méfie des traductions.

Les oeuvres mentionnées sur cette page ont toutes été traduites. Vous les trouverez facilement en Français et si vous n'y arrivez pas, je pourrai rechercher le titre pour vous. Il suffit de me le demander dans la rubrique "Contact".  

"The marketmaker" a tous les ingrédients d'un thriller.

Autant commencer par là : "The marketmaker" est un des thrillers que j'ai le plus aimés, parmi mes lectures de l'année. 

Avec Michael Ridpath, on reste toujours dans l'univers de la finance mais, en faisant voyager son héros narrateur dans les bas-fonds des favellas cariocas, l'ancien trader saupoudre d'exotisme une intrigue remarquablement construite. 

Les personnages sont à la fois présents et attachants (même les "mauvais"), le suspense est bien dosé et le style est addictif. Donc, tout y est. On lit ce roman d'une traite et, contrairement aux autres "page turners", on ne l'oublie pas. C'est là l'exploit... et ça mérite une note supérieure. 

"The marketmaker" de Michael Ridpath.      Ma note : 18/20. 

Introduction dans le monde du crime et de la finance

"Free to trade" est une excellente introduction dans le monde de Michael Ridpath, son univers professionnel puisque l'auteur est un ancien trader. 

Outre l'intrigue, qui est très bien ficelée, ce roman nous fait découvrir l'univers de la City, à Londres, ainsi que les mécanismes de la finance spéculative. On s'instruit autant qu'on se distrait. En outre, la narration à la première personne (très "modern brittish") personnalise ce récit, épuré de toute lourdeur. 

"Free to trade", de Michael Ridpath. Ma note : 17/20