JEAN-PIERRE HERNANDEZ

Ecrivain français, ancien gangster, né en 1940

Jean-Pierre Hernandez est un gangster de ce qu'on appelle "La grande époque". Ce qui revient à dire le Marseille de la French connection. Son action ne s'est pas limitée au sud de la France mais il en a été le centre névralgique. Avec le concours de Christophe Chabert, professeur agrégé de lettres modernes, il raconte ses souvenirs dans "Quand j'étais gangster", le livre dont vous trouverez la chronique ci-dessous.

                               Quand la pègre passe à table...

Voici les mémoires d'un rescapé de la pègre, Jean-Pierre Hernandez, dit "Pierrot" ou "Le gros", dernier "survivant" de la fameuse French Connection. Mémoires rédigées par un professeur agrégé de lettres modernes : Christophe Chabert. 

Comme le dit la couverture, c'est un document. On y retrouve toutes les célébrités du grand banditisme, des années 50 au nouveau millénaire (Zampa, Fargette, Francis le Belge, Jacky le mat, etc.). Un demi-siècle de trafics en tout genre (drogue, notamment), d'arnaques, de braquages... mais aussi de respect d'un certain code, de valeurs, dans un monde parallèle. On s'y instruit beaucoup, sans pour autant être véritablement surpris car tous les protagonistes de ce livre sont déjà apparus dans des fictions... quand ils ne firent la "une" de l'actualité. 

Le narrateur est plutôt sympathique... mais je suppose que son but n'était pas de se noircir. En tout cas, il nous confirme que, dans l'univers des voyous comme dans celui des "honnêtes" gens, la régularité paye toujours. La seule différence étant que, dans le monde légal, un dérrapage vaut une peine de prison, et dans celui de Hernandez, c'est une place au cimetière. Sans parler des "erreurs judiciaires" qui se finissent toujours dans un bain de sang. 

"Quand j'étais gangster". Jean-Pierre Hernandez. Flammarion, 318 pages.  Ma note : 15/20.