Mon nom est un aptonyme. Savez-vous ce que c'est ? Un aptonyme est un patronyme en rapport avec l'activité de celui qui le porte. Le cheval est dans le pré... vous avez compris. 

Mais le bonheur y est aussi !

Jean-François Pré

Ma biographie   

 

Je suis né le 11 avril 1951 à Villeneuve Saint-Georges, dans le Val de Marne (à l'époque, ça s'appelait la Seine et Oise). Mon père était proviseur et ma mère secondait un architecte local. 

Très tôt, mon attirance pour les lettres et les langues s'est montrée aussi prégnante que le devint mon aversion pour les matières scientifiques. Au grand dam de mon père qui avait commencé sa carrière comme prof de maths ! 

Après un Bac littéraire (69, année érotique), je suis entré à la fac (Censier puis la Sorbonne) pour y poursuivre des études supérieures en langue et littérature anglaise et américaine, qui se sont concrétisées par une licence (à l'époque, c'était quelque chose !). Puis, vint le temps du service militaire (74, année giscardienne, pas érotique du tout !) que je considérai, à tort, comme une perte de temps. J'y appris la dactylographie, qui allait s'avérer très utile dans mon futur métier, et j'y découvris une des villes au monde que je préfère : Baden Baden. Ne vous étonnez donc pas de la retrouver souvent dans mes romans !

C'est toutefois à l'âge de 14 ans que je rencontrai l'être qui allait définir le cours de mon existence : le cheval. Cavalier, puis turfiste, puis driver amateur et de nouveau cavalier (amateur) d'entraînement, je lui consacrai 100% de mes loisirs, puis 100% de ma vie pleine lorsque j'en fis ma profession.

 Voici les étapes clés de ma carrière de journaliste hippique : 1975, entrée à Tiercé Magazine. 1976 : entrée au journal "Le Parisien". J'y resterai jusqu'en 2009. 1983 : débuts à TF1. J'y resterai jusqu'en 2012. 1994 : Création de "La Minute Hippique", le tout premier de ces programmes courts sponsorisés qui fleurissent aujourd'hui dans la meilleure tranche horaire, entre la fin du JT et la météo. La Minute Hippique était une émission tellement populaire qu'elle a été "piquée" par France 2, deux ans plus tard. C'est la seule fois où j'ai été copié. Un gage de qualité ! J'en suis toujours très fier car cette émission, c'est moi qui l'ait créée de toutes pièces. 

 Durant ce long passage dans l'audiovisuel, j'ai eu la chance d'avoir des "professeurs" prestigieux. André Théron, dont je fus le "poulain" (quand on s'appelle Pré, c'est naturel), mais aussi Jean-Claude Bourret, Léon Zitrone, Yves Mourousi, Jean-Michel Leulliot, Jean-Claude Dassier et Guy Lux. Tous m'ont beaucoup appris. Les regarder travailler était déjà une... école !

 En 2013, je me suis retiré définitivement du monde hippique, à titre professionnel. Je le précise car ma passion pour le cheval est loin d'être érodée. Je me rends toujours sur les hippodromes... mais pour mon seul plaisir, comme lorsque j'étais étudiant. Un retour aux sources... et aux courses.

                                                                              Le romancier

 Aujourd'hui, mon unique activité professionnelle réside dans l'écriture de romans policiers et autres thrillers. Je ne m'y étendrai pas ici car ce blog est entièrement consacré à Jean-François Pré LE romancier. Cette orientation n'est pas nouvelle, mon tout premier roman datant de 1997. Toutefois, je compte lui donner un sérieux coup d'accélérateur à travers cet espace de communication.

 Je suis marié sans enfants. Mon épouse et moi-même partageons notre temps entre Paris et Deauville.

 Quand je dis que je n'ai pas d'enfant, c'est un demi-mensonge. Car je considère un peu Langsamer - le héros récurrent de mes romans - comme mon bébé. Une création intellectuelle, faute d'être physique. Et Langsamer habite Deauville, comme son "papa".

Un bon havane... mon péché mignon. D'autant plus un soir de réveillon !

Une ruelle dans Paris, juste en face de la Maison de la Radio. Avoir une rue à son nom... ça rend presque célèbre ! 

Levens (Alpes-maritimes). C'était trop tentant... je n'ai pas pu m'en empêcher! 

Depuis que j'ai arrêté de monter des pur-sang (à l'entraînement, en raison du poids), le golf est devenu mon sport favori. J'en parle très peu dans mes romans... si ce n'est que Langsamer, mon personnage récurrent, est lui aussi golfeur.

Mesurant 1m88 et pesant 78 kilos, je n'étais pas fait pour être jockey. Même pas gentleman-rider (jockey amateur), trop lourd ! J'ai dû me contenter de monter à l'entraînement. Les petits matins de Chantilly... mes plus beaux souvenirs sportifs. 

J'ai quand même participé à deux courses sur de grands hippodromes : Longchamp et Saint-Cloud. Il s'agissait d'épreuves non officielles (toujours le poids !) mais de courses quand même avec de vrais pur-sang. J'ai fini deux fois deuxième ! 

Pour la petite histoire, dans la course de journalistes de 1996 (photo ci-contre et ci-dessus, après l'arrivée), j'ai été battu par un "confrère" qui venait d'obtenir sa carte professionnelle depuis 15 jours. Il s'agissait de Peter Scudamore, recordman du monde des victoires en obstacle.... 

Autre caractéristique des personnages : chacun de vous est une boule neige roulant sur la pente de l'auteur ; vous faites votre pelote de nos hasards autant que de nos ruminations, attrapant au passage tout ce qui peut vous donner du sens.

Daniel Pennac, in "Le dictateur et le hamac".

Mes grands inspirateurs littéraires

Les écrivains que je préfère  

Chez les Français: Marcel Proust, Louis-Ferdinand Céline, Guy de Maupassant, Gustave Flaubert, Charles Baudelaire, Michel Houëllebecq, Irène Nemirowski, Michel Déon, Milan Kundera, Antoine Blondin, Erik Orsenna. 

Chez les étrangers: William Shakespeare, Fédor Dostoïevski, Léon Tolstoï, Stefan Sweig, Oscar Wilde, William Somerset-Maugham, Thomas Mann, Ian Mc Ewan.

  Les écrivains qui m'inspirent dans mon travail.

Chez les francophones: Georges Simenon, Hergé, Pierre-Alexis Ponson du Terrail, Jean Bruce.

Chez les étrangers: Agatha Christie, Sir Arthur Conan-Doyle, Ian Fleming, Edgar Poe, James Ellroy, Raymond Chandler, Harlan Coben, Roger Jon Ellory, Robert Littel, Dick Francis, Sydney Sheldon, Michaël Ridpath.