FRANCK THILLIEZ

Ecrivain français, né le 15 octobre 1973 à Annecy.

Franck Thilliez est né à Annecy, ce qui explique son goût pour la montagne et ses dangers, mais il vient d'une famille de "ch'tis" pure souche. Il est d'ailleurs retourné aux souces puisqu'il vit aujourd'hui dans le Pas de Calais.

Ingénieur de formation, il s'initie rapidement aux nouvelles technologies et devient spécialiste en informatique. Parallèlement, ce passionné de cinéma a envie de raconter des histoires. Au bout d'un certain temps, il se décidera à prendre la plume et ce sera une révélation.

Dès son premier roman, "Train d'enfer pour ange rouge", il se fait remarquer en figurant parmi les nommés du Prix du polar SNCF 2004. Un an plus tard, "La chambre des morts" obtient le prix des lecteurs du Quai du polar. Dès lors, le succès ne le quittera plus.

Franck Thilliez a un goût particulier pour le thriller en milieu hostile. Il commence dans cette voie, s'en écarte et y revient. Sa formation scientifique lui permet d'aborder des intrigues très noires et technico-médicales, en restant crédible. Les lecteurs ne s'y trompent pas.

A telle enseigne qu'il n'a plus besoin d'exercer son métier d'ingénieur pour vivre. Il fait désormais partie des rares auteurs auxquels la plume assure une confortable existence. 

C'est quand il décide d'associer ses deux personnages récurrents, Franck Sharko et Lucie Hennebelle, que Franck Thilliez va connaître une renommée mondiale. "Le syndrome E", qui met aux prises ses deux héros, connaît un succès planétaire, tant et si bien que deux "grosses pointures" de Hollywood décident de l'adapter au cinéma. 

Franck Thilliez n'a même pas 50 ans et il figure déjà parmi les légendes du polar français.

Descente dans les profondeurs de l'âme. 

Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. A l'hôpital de Lille, son psychiatre doit lui révéler le résultat d'un an de traitement, lui apporter cette lumière qu'elle recherche depuis si longtemps. Mais les événements étranges qui se multiplient autour de la jeune femme vont l'en empêcher : cette photo récente de sa sœur jumelle, pourtant morte dix ans auparavant, qu'elle récupère des mains d'un immigré clandestin ; son père, agressé chez lui à l'arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider ; ce chemisier ensanglanté qu'elle découvre dans sa douche et à propos duquel elle n'a pas le moindre souvenir ; cet homme retrouvé nu dans un abribus et qui semble avoir vu le diable en personne. En un mot, Alice vient de prendre un aller simple vers la folie…

Ce livre est une descente dans les profondeurs du subconscient c’est-à-dire que le sujet n’est conscient que par intermittence et que les faits d’ordre psychologique échappent à la conscience claire. L’inconscient est le réservoir de tous nos refoulements qui influent sur son comportement. Souvent associé à l’ombre, l’inconscient recèle, entre autres, des pulsions et des désirs parfois inavouables, de profondes angoisses et traumatismes.

Ce livre est très noir, ignoble, glauque, manipulateur à la frontière de la folie. Avec un suspense qui dure jusqu’à la dernière ligne. Problème (qui n'en est pas un) : dès que vous commencez à le lire vous n’avez de cesse de le terminer.

                     Alice Midal.

"Fractures" (Pocket), de Franck Thilliez.           Ma note : 19/20.