DICK FRANCIS

Auteur britannique, né le 31 octobre 1920 au Pays de Galles et décédé le 14 février 2010 aux Iles Caiman.

Dick Francis s'est fait un nom dans le polar hippique dont il est devenu la référence internationale. Mais sa "première vie" ne manque pas d'intérêt, elle non plus. 

De toute évidence, Richard (Dick) n'était pas doué pour les études. Il s'en échappera à l'âge de 15 ans. Durant la seconde guerre mondiale, il deviendra pilote de chasse et, la paix revenue, reprendra son métier de jockey qu'il avait commencé en 1938. Dans cette profession aussi, il va connaître une rapide notoriété. En 1948 et durant quatre ans, il sera le jockey attitré de Queen mum (la Reine mère). Dick Francis était un jockey d'obstacle et pour un jockey d'obstacle, l'épreuve que tous rêvent de gagner est le Grand National de Liverpool. En 1956, il ne lui reste plus que quelques dizaines de mètres (sur 7200) à boucler pour remporter cette course mythique lorsque, pour une raison inexpliquée, son cheval glisse et tombe. 

Cet avatar restera le pire souvenir de sa vie ; il ne s'en remettra jamais complètement. 

La carrière littéraire de Dick Francis commence en 1962. A partir de là, il sortira un roman chaque année. Tous, sans exception, se déroulent dans le milieu des courses anglaises. On raconte qu'il s'imposait une routine de travail. Il prenait son stylo en janvier et son éditeur passait en mai prendre le manuscrit. Il fallait impérativement qu'il ait fini à cette date. On raconte aussi que c'est son épouse, Mary, qui a écrit la plupart de ses romans. En effet, lorsque celle-ci décède en l'an 2000, Francis ne publie plus rien. Pour faire taire les rumeurs, il sort en 2006 une série de polars autour du personnage de Sid Halley, un ancien jockey devenu détective privé. 

Pas de panique mais lisez-le de toute urgence !

"Panique au pesage" m'a fait découvrir Dick Francis. Depuis, je ne l'ai plus quitté. 

Ce roman donne une image très noire du monde des courses où le cheval - c'est le moins qu'on puisse dire - n'est pas traîté avec ménagement. Mais on ne fait pas du polar sans "casser des oeufs" !

La fin est tellement originale et imaginative que Dick Francis a été "pompé" par un ancien commissaire, auteur de romans policiers, dont je tairai le nom.

"Panique au pesage" (Série noire) de Dick Francis. 

Ma note : 19/20.

             Prenez de départ !

Encore un roman magnifique ! 

Dick Francis a un réel talent d'écriture. Il sait distiller une ambiance très particulière, spécifique du monde des courses anglaises. Avec cet humour glacial qui lui va si bien. Son héros se raconte souvent à la première personne. Et le lecteur tourne les pages sans difficulté car l'intrigue sait le tenir en haleine. 

Comme dans tous les autres romans de Dick Francis, on se sent immergé dans un monde de passions rudes et intériorisées. Vous l'avez compris : je suis un inconditionnel... et pas seulement à cause du cheval ! 

"En selle pour la 3" (Série noire), de Dick Francis.       Ma note : 18/20.