DAVID DEFENDI

Ecrivain français, né en 1974.

Après des études littéraires à la Sorbonne, David Defendi a été vivre six ans aux Etats-unis dont il est revenu avec le virus de l'écriture. Il a commencé par le cinéma, en qualité de scénariste avec Olivier Marchal (ancien flic devenu réalisateur), puis il a sorti son premier grand succès, "L'arme à gauche"  (sorti en 2008), roman en partie autobiographique puisqu'il retrace la vie professionnelle de son père, agent de la DST après mai 68. Ensuite, ce fut "Les nettoyeurs" , peu ou prou sur le même thème, et enfin "Têtes de dragon", objet de la chronique, ci-contre. 

 Un polar qui pète le feu !

Pour ce premier thriller, le scénariste David Defendi n'a pas raté son coup. On tourne les pages de "Têtes de dragon" au rythme de l'action et ça va très vite. Peut-être un peu trop, d'ailleurs, car j'aurais aimé une fin un peu plus délayée et mieux construite. Mis à part cela (et quelques inexactitudes dans le texte), l'intrigue est soutenue et passionnante. L'immersion du lecteur dans la communauté asiatique de Paris est instructive et Defendi réalise un vrai travail de journaliste, à cet égard. Son style est nerveux, riche et très actuel. Il est en osmose avec le thème... et avec le héros - le narrateur - sur lequel le lecteur a du mal à se positionner moralement. C'est là le tour de force de l'auteur. Il nous le montre, dans certaines scènes, comme un tueur de sang froid... et dans d'autres, comme un poissard manipulé, ordure malgré lui. Un agréable moment de lecture, en tout cas.

"Têtes de dragon" de David Defendi, chez Albin Michel. 216 pages. Ma note : 14/20.