CARL PINEAU

Ecrivain français, né en 1966 à Nantes.

Carl Pineau commence très tôt à fréquenter la vie nocturne de sa ville natale. Il est encore très jeune lorsqu'une discothèque l’embauche pour animer les soirées. Les lieux cultes nantais deviennent pour lui un univers familier.

À 21 ans, il quitte le monde de la nuit et reprend des études en commerce international, puis en Marketing. Nantes est sa ville de cœur. Pourtant, en 2009, avec sa femme et ses deux enfants, il décide d'aller voir le monde pour réaliser son rêve d’enfant: écrire. La famille se fixe d’abord au Québec, où Carl suit les cours de création littéraire de l’université de Laval et entame "L’Arménien" (voir ci-contre).

Depuis 2015, la tribu habite en Thaïlande où Carl continue d’écrire. "Le Sicilien" et "Nuits Nantaises 90's", paraîtront en juin 2019 aux Editions LAJOUANIE, dans la collection Policier mais pas que.... "Malecón", thriller politico-financier, situé entre Paris et Cuba, sortira en 2020.

Une très bonne surprise !

Nantes, 1989 - Le corps de Luc Kazian est retrouvé dans la forêt de Touffou. Aucun doute, il s'agit d'un meurtre. L'inspecteur Greg Brandt, aidé de la psychiatre du jeune homme, mène l'enquête.

Les histoires de caïds, de dealers etc... ne m'intéressent pas vraiment et pourtant Carl Pineau a réussi à m'entraîner dans son univers. Il ancre son récit dans la réalité en nous rappelant certains événements des années 80, la chute du mur de Berlin, la découverte du Sida ainsi qu'une description de la vie nocturne de Nantes qui me paraît très "remuante". En donnant la parole aux proches de Luc et en décrivant leur ressenti, l'auteur en a fait un personnage très attachant, même s'il est loin d'être un enfant de choeur. On y découvre des êtres malmenés par la vie ni tout-à-fait bons ou mauvais, des personnes presque communes. Après un début calme, les choses s'accélèrent et l'on a hâte de découvrir le fin mot de l'histoire (qui m'a émue). "

L'arménien" est une très bonne surprise et a ce petit je ne sais quoi qui reste dans les mémoires et en fait une réussite.

                Nathalie Friquet.

"L'Arménien", de Carl Pineau. LIBRINOVA (2017)                                       Ma note : 19/20

  Essai transformé !

Nantes - 1995 - Une jeune albanaise est retrouvée éviscérée. Le principal suspect: Dario, gérant d'une boîte de nuit. Pas facile de paraître innocent quand on a eu une aventure d'une nuit avec la victime et que celle-ci a été découverte dans votre voiture.......

Après m'avoir séduite avec " L'Arménien" (voir ci-dessus), Carl Pineau réitère avec " Le Sicilien". Certains écrivains ont un don pour faire d'une histoire apparemment banale un récit qui tient en haleine d'un bout à l'autre. L'auteur est de ceux-là, grâce un petit plus indéfinissable qui devient sa marque de fabrique. Il plante le décor dans les années 90 avec son lot de faits historiques: le sida, les dernières années du franc, la fin du pacte de Varsovie qui va permettre aux mafieux russes d'étendre leur territoire en Europe etc...... Le pauvre Dario, à qui on s'attache d'emblée va en voir des vertes et des pas mûres en tentant de dénouer l'écheveau qui pourrait l'innocenter. Sans être un héros, il a pourtant le cuir dur face à des méchants très, très méchants, mais garde son sens de l'humour.

Carl Pineau brouille les cartes en misant sur les apparences trompeuses. On devient parano en essayant de savoir à quel protagoniste on peut finalement se fier. J'arrête de blablater, mais un conseil, foncez vous procurer cet excellent polar.

                                        N.F.

"Le Sicilien", de Carl Pineau. LAJOUANIE (28/06/2019)                                       Ma note : 19/20